BILLET D'HUMEUR 

Billet d’humeur : Ce texte avait été réalisé pour un média avec qui je collaborais à l’époque et qui n’as pas été publié à l’époque. Celui-ci étant largement encore d’actualité je vous en fait part : Bonne lecture

 

La Photographie ?  Une passion déroutante….

 

En ce mois de Novembre 2008 la capitale de l’image fixe c’est Paris !. Plus de 90 expositions, le « Salon de la photo » (porte de Versailles) , « Paris Photo » au Carroussel du Louvre, le « Petit Palais » lui ouvre ses portes. Des grandes expositions dans les lieux dédiés et du monde qui  fait les mille pas pour découvrir tout cela….

Alors il est hors de question de bouder son plaisir….. même si un passage au « salon de la photo » est toujours pour moi, une source d’étonnement.

Dans la technique de prise de vue, le numérique a tout balayé et ceci est loin d’être un scoop, bien sur !

Qui veut voir les derniers papiers photo, les éclairages soyeux, les objectifs déraisonnables, et le reste, sera aux anges.  

Mais concernant le centre de tout cela, je parle de l’appareil de prise de vue, c’est autre chose.

Les leçons d’informatique dans tout les stands me bourdonnent à l’oreille.

La lumière vive, fait apparaître les plastiques standards et déjà passés, des dernières nouveautés, qui auront disparus dans 2 à 6 mois ou 1 an maxi, le cafard me grignote !

Je ne vois qu’un seul espoir de revoir des appareils accessibles, qui font rêver :

que la course aux pixels se finissent et que nous revenions à des boitiers bien fabriqués, utilisables par des photographes, avec de beaux viseurs, des matériaux durables et un esprit « maison » à chaque fabriquant, un peu de personnalité et peut être même des objets atypiques, qui vous accompagnent un petit bout de votre vie...

comme il n’y a pas si longtemps……  (c’est quasi écologique)

Bon ça va j’arrête !!

Je reste cependant dubitatif, quand un démonstrateur fort aimable, me fait miroiter des photos plus nettes que nettes (Coluche revient !), capturées dans la nuit noire, sans aucun défaut, sans ceci, sans cela et en plus je peux filmer, et en plus je peux ….je peux ….. mon regard à du stopper net son élan et je m’en veux.

Le couteau suisse m’as toujours fait sourire.

Je ne suis pas prêt à la révolution numérique. Je m’en fous.

Informaticien de formation, la photographie est pour moi autre chose que ce déballage de jargon technique qui m’ennuie au plus haut point.

Beaucoup trouve cela formidable, je ne reproche rien à personne. Je regrette seulement qu’il n’y ait pas (plus) d’autres choix, d’autres voies(x) . J’en veux à ces comptables qui ont détruit en si peu de temps un savoir faire argentique qui avait encore sa place et sa poésie.  Qui ont fait disparaître des usines entières et les produits qui allaient avec, par peur qu’elles ne soient plus rentables dans ….. ils ne le savaient même pas eux mêmes. 

Ayant pour conséquence, de faire augmenter (ce qui est rare devient cher) le peu de pellicules, papiers et produits qui restaient encore,  de façon inconsidérée et dissuasive.

La photographie de Niepce est devenu en un an un produit de luxe.

Mais faisons table rase du passé !! puisque les actionnaires l’ont décidés et demandons nous : que faire de ces 25 / 30 / 40 millions de pixels.

De ces fichiers quasi énormes  (qui vous feront acheter des disques durs plus gros, des ordinateurs plus puissants, des cartes mémoires ultra rapide, des logiciels très très lourds …jusqu’à l’indigestion)  et qui font le régal des détails que personne ne voit et des publicitaires (pour les affiches qui feront vendre cette jolie chaîne de consommation..)

 

Mais surtout comment allons nous les conserver ces énormes données ?

Resteras t’ils des images de notre révolution numérique demain ?

A ce jour personne ne peut nous dire si dans vingt ans les photos prises en 2008 seront toujours « retirables » à partir d’un fichier. Et  ne me dites pas qu’il faut faire des sauvegardes sur cd puis sur dvd puis sur disques dur puis …..

Pas beaucoup de résonance  à ce sujet et pourtant il s’agit d’un point capital.

Dans 150 ans on pourra peut être encore montrer un daguerréotype, mais un fichier ?

 

Un médium qui représentait la mémoire va disparaître, si nous nous ne revenons pas à la base.

 

Une photographie c’est toujours un tirage.

Le diaporama et l’écran sont bien pratique pour présenter un dossier de façon mobile ou économique et pour certains événements particuliers

 

Mais n’oublions pas que certains tireurs sont des artistes. L’interprétation d’une image, sans la trahir, peut  mettre en valeur son propos.

Le tirage peut éclairer, faire parler une image, la dénaturer aussi parfois.

On peut,  aussi l’aimer…. vraiment et longtemps, devant soi… et sans électricité !

 

Bref , si rien n’est  fait,  le papier restera sûrement  notre seul espoir de voir dans le futur des images créées dans notre temps. Livres et  beaux tirages sont de plus en plus d’actualité.

 

Le chemin va être long et la machine à image est bien partie pour faire et effacer des photos toutes seule.

 

Chercher à comprendre n’est pas dans le manuel (parole véridique d’une « technicienne » qui m’expliquait que : choisir son papier pour son imprimante n’était pas encouragé par le constructeur de la superbe machine qui me coûte une fortune en consommable. Elle n’était pas décidée pour cela, même si elle le pouvait le faire !!!…. on croit rêver !)

 

On ne fait pas de la photo pour acheter des appareils mais pour créer des images.

 

Remettons un peu d’âme dans le silicium et rêvons à nouveau….  

 

 

ODDOART Philippe 2008

 


Copyright © 2007/2008/2009/2010/2011/2012/2013/2014 /2015/ 2016 Tous droits réservés :  Philippe ODDOART dit POUPA
Toutes reproductions et usage quelconque sans autorisation- strictement interdites
Sous peine de poursuites